• Accueil
  • > LIDL : La Bretagne département lanceur d’alerte chez LIDL !

LIDL : La Bretagne département lanceur d’alerte chez LIDL !

20140606_083731

Cadences trop soutenues, flux trop tendus, arrêts maladie à la chaîne… Les salariés de 30 Lidl de Bretagne en grève !

En Bretagne sur la DR de Guingamp . Des magasins Lidl touchés par un mouvement de grève

(source interne et Ouest France)

À l’appel d’une intersyndicale (Unsa, CFE CGC, CGT, FO et CFDT), un mouvement de grève ou de débrayage à eut lieu, ce mercredi 9 mai, dans les magasins Lidl dans les départements des Côtes-d’Armor, du Finistère et du Morbihan et à l’entrepôt de Ploumagoar. Sur les 62 magasins, une quarantaine sont restés fermée pour quelques heures ou toute la journée pour d’autres.

De nombreux employés, agents de maîtrises et cadres dépendant de la direction régionale de Guingamp de notre enseigne ont décidé de faire grève ou de débrayer quelques heures ce mercredi 9 mai. Les trois quart des 62 magasins concernés étaient donc fermée, soit pour quelques heures, voire toute la journée.

«  Certes, nous ne pouvons pas dire que le dialogue n’est pas établi entre les directions nationale et régionale Lidl  », reconnaissent les délégués syndicaux Unsa, CFE CGC, CGT, FO et CFDT de la direction régionale de Guingamp. «  Or, aucune réponse n’est apportée pour améliorer nos conditions de travail qui se détériorent. Nous n’obtenons aucune avancée concrète.  »

Par ailleurs, le mouvement de grève s’est prolongé  jeudi 10 mai, auprès des salariés de l’entrepôt de Ploumagoar, près de Guingamp.

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/ploumagoar-22970/bretagne-des-magasins-lidl-touches-par-un-mouvement-de-greve-5749394

Cadences trop soutenues, flux de plus en plus tendus, arrêts maladie à la chaîne… nos collègues des magasins  de Bretagne ont décidé mercredi d’entamer une grève.

ce mouvement social massif et inédit a démarré en milieu de semaine dans une quarantaine de magasins Lidl en Bretagne.

Il s’est concrétisé par une grèves totales sur une journée complète, ou des débrayages de plusieurs heures. Nos collègues dénoncent des conditions de travail épuisantes, le flux tendu et le chronométrage. Les arrêts maladie se multiplient.

« On n’a jamais connu ça à ce point-là ». Dans le magasin Lidl où travaille Laurent, un salarié sur quatre est en arrêt maladie. « On n’en peut plus, on est à plat, à bout de force », lâche-t-il au micro d’une radio. Il dénonce le « manque de bras », « la fatigue » liée aux « heures supplémentaires ». « On n’a jamais connu ça à ce point-là », assure-t’il.

En rentrant après une journée de travail, il décrit une fatigue morale, mais aussi physique des personnel qu’il connait bien en tant que DS CFDT. « On ressent tous des douleurs un peu partout la productivité est subit car trop importante pour bien recevoir nos clients et travailler dans de bonnes conditions « , confie Laurent.

« Beaucoup de personnes craquent ». À 50 kilomètres de là, même tableau. Marie, qui souffre d’une sciatique depuis trois mois, lance un cri d’alarme. « C’est un état d’urgence. On est toujours à courir, on a toujours trop de choses à faire en même temps. Nerveusement, c’est très dur. Tout est chronométré, notamment les caissières au niveau des scannages » d’articles, raconte-t-elle. Pour cette salariée, la situation ne peut plus durer ainsi. « Les gens sont révoltés. Le personnel est fatigué, beaucoup de personnes craquent. Il y a un nombre incalculable d’abandons de postes, des gens en burn-out, et d’autres qui quittent carrément Lidl », alerte-t-elle.

Autre point de crispation, qui conduit à l’épuisement psychologique : dans certains magasins, un classement du meilleur au moins bon salarié est affiché en permanence. Jointe par Europe 1, la direction bretonne de Lidl n’a pas souhaité s’exprimer.

Source : http://www.europe1.fr/economie/les-salaries-dune-trentaine-de-magasins-lidl-de-bretagne-en-greve-on-nen-peut-plus-3649313

La CFDT LIDL apporte tout son soutient à ce mouvement qui risque bien de n’être pas un cas isolé si les choses ne changent pas rapidement

Une réponse à “LIDL : La Bretagne département lanceur d’alerte chez LIDL !”

  1. tripalium dit :

    Bouches-du-Rhône: Un salarié de Lidl se suicide sur son lieu de travail, sa famille poursuit l’enseigne en justice

    JUSTICE Yannick Sansonetti s’est donné la mort dans l’entrepôt de Lidl où il travaillait. Sa famille veut que la justice reconnaisse la faute de l’enseigne dans ce suicide…

    Yannick Sansonetti, employé chez Lidl, s’est suicidé sur son lieu de travail, dans les Bouches-du-Rhône.
    Sa famille attaque au civil l’enseigne allemande.
    Elle souhaite que la justice reconnaisse la responsabilité de l’entreprise dans ce suicide.

    Pour la première fois, les tribunaux vont devoir se pencher sur ce cas, au cœur d’un numéro de Cash Investigation qui avait fait grand bruit il y a quelques mois. En 2015, Yannick Sansonetti, un employé de la marque Lidl, se suicide sur son lieu de travail, à Rousset, dans les Bouches-du-Rhône. Le reportage, intitulé « Travail, ton univers impitoyable », revenait sur cet événement et pointait en pleine réforme du Code du travail des méthodes de management aux conséquences parfois très lourdes chez l’entreprise allemande.
    Ce mercredi, le tribunal des affaires de sécurité sociale de Marseille examine la demande de la mère, son frère et la compagne de Yannick Sansonetti. Tous trois veulent que la faute de l’enseigne de grande distribution soit reconnue dans ce geste fatal.

    « Une décision symbolique »
    Peu après les faits, ce suicide a été classé comme « accident du travail ». « Mais ce classement ne marque pas forcément la faute inexcusable de l’employeur », note Me Antoine Lounis, avocat de la compagne de Yannick Sansonetti. Pour rappel, ce terme juridique désigne la responsabilité de l’employeur dans un accident du travail ou une maladie professionnelle, liée par exemple à une négligence de sa part.
    « Ma cliente attend avant tout une décision symbolique, explique Me Antoine Lounis. Certes, la reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur augmenterait le montant de la rente qu’elle perçoit, ce qui n’est négligeable, quand on sait qu’elle a un enfant en bas âge dont elle doit assurer l’avenir. Mais reconnaître cette faute donnerait un sens à tout cela. Pourquoi ce geste-là a-t-il été accompli et comment ? Répondre à cette question pour les proches de cet homme, c’est important. »
    Le procès d’un système ?
    « C’est clairement le procès d’un système de management mis en place par Lidl qui pesait sur Yannick Sansonetti, affirme Me François Burle, avocat de la mère et du frère de Yannick Sansonetti. C’est un système en un sens inhumain, dans le sens qu’il vise, en raison d’une volonté de rendement à outrance, à demander une masse de choses à un humain qu’il ne peut humainement pas faire. »

    Selon La Provence, les conclusions de l’enquête de l’inspection du travail ont mis en avant « des agissements répétés de harcèlement moral » à son encontre, « entre le mois de janvier 2014 et le 29 mai 2015 ». Les tâches effectuées par Yannick Sansonetti seul au sein de l’entrepôt de Rousset sont effectuées par trois personnes depuis son suicide.
    « Sentiment d’injustice »
    Autant d’éléments sur lesquels les avocats de la famille comptent s’appuyer pour prouver la responsabilité du management mis en place par Lidl dans ce suicide. « Toutes les personnes interrogées, ainsi que les conclusions de l’inspection du travail, ou même le rapport, démontrent qu’il y a un manquement caractérisé à l’obligation de sécurité de l’employeur, affirme Me Antoine Lounis. Et ce manquement est en lien direct avec le suicide de Yannick Sansonetti.
    « Ce qui provoque la colère et le sentiment d’injustice de la famille, c’est le fait que Lidl rejette toute responsabilité, s’agace Me Burle. La famille a demandé le rapport d’enquête complet du CHSCT publié après le suicide de Yannick Sansonetti et Lidl refuse sous prétexte que c’est un document interne. S’ils le cachent, c’est bien que le contenu les dérange ! » Un élément que l’avocat compte mettre en avant devant le juge pour étayer sa thèse. Contactée, l’avocate de Lidl n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Laisser un commentaire