Le bulletin CFDT de janvier 2010 sur internet

28 janvier 2010

En photo de gauche à droite B Vandemeleubroucke, C Pierre notre DSC, C Picard, PM Butez, François Chérèque le secretaire général de la CFDT, L Trentesaux, P Gross notre président inter-galactique !

Le bulletin CFDT de janvier 2010 sur internet francoischereque

Cliquez sur les icones ci dessous pour lire le Bulletin de la CFDT
cfdtlidlavecfrancoischereque.jpgbuletin.jpgbuletin2.jpgfrancoischereque.jpg

ci joint le lien du site internet de la CFDT qui est en construction.

http://www18.jimdo.com/app/942470/410766920/

 

Etre enceinte chez LIDL la CFDT vous informe :

10 janvier 2010

De quels droits bénéficiez-vous lors de votre grossesse en tant que salariés LIDL ?

Etre enceinte chez LIDL la CFDT vous informe : 339655

Quand devez-vous déclarer votre grossesse à LIDL ?

Pouvez-vous être licenciée par LIDL  parce que vous êtes enceinte ?

A quels congés maternité pouvez-vous prétendre ?

Quels sont les aménagements du temps de travail prévus par la loi ?

Autant de questions que vous êtes en droit de vous poser, alors que vous êtes caissière, préparatrice de commande, agent administratif, chef caisse, agent de maîtrise, secrétaire salariée et enceinte et autant de réponses que nous allons tenter de vous apporter grâce aux rubriques suivantes.

Déclaration de grossesse

Aucune obligation n’existe concernant la date de déclaration de votre grossesse à LIDL. Cependant plus vous le déclarerez tôt, plus vous pourrez bénéficier des avantages liés à votre situation dès le 3ème mois de gestation (notamment une protection contre un licenciement). Il vous faudra de toute manière prévenir LIDL avant votre départ en congés maternité, sinon il s’agira d’une rupture de contrat de travail. Cette annonce peut se faire par lettre recommandée avec accusé de réception contenant un certificat médical attestant de votre état ou vous pouvez remettre ce papier en mains propres contre un récépissé, preuve de la déclaration de votre grossesse.

Vous devrez également remettre au médecin du travail la fiche travail – grossesse, qui se trouve dans votre carnet de maternité.

Licenciement

Enceinte, vous bénéficiez de conditions particulières de protection. La législation du travail interdit tout licenciement d’une femme enceinte dès l’instant que la grossesse est médicalement constatée. Cette protection court depuis la déclaration de votre état jusqu’aux quatre semaines suivant la fin de votre congé maternité.

On distingue cependant deux régimes de protection en fonction de la période :

Durant la période qui précède le congé maternité et les quatre semaines qui le suivent, cette protection n’est pas valable si LIDL peut justifier d’une faute grave à votre encontre sans rapport avec votre état (par exemple injures, etc.) ou d’une impossibilité de maintenir votre contrat pour un motif étranger à votre grossesse (en cas de fermeture de l’entreprise, compression de personnel, etc.).

Pendant votre congé maternité, aucun licenciement ne peut avoir lieu. Ainsi, même si le licenciement est notifié à un moment où la loi le permet, la résiliation du contrat ne peut prendre effet pendant vos congés maternité.

 

Si LIDL vous a notifié un licenciement alors que vous êtes enceinte, la grossesse n’ayant pas été déclarée, vous pouvez faire annuler le licenciement par l’envoi en recommandé avec accusé de réception d’un certificat médical de grossesse dans les quinze jours suivant la notification du licenciement par LIDL.

Autorisation d’absence

Vous avez le droit de vous absenter pour vous rendre aux examens médicaux obligatoires dans le cadre de la surveillance médicale de la grossesse et des suites de l’accouchement. Ces absences n’entraîneront aucune perte de salaire car elles sont assimilées à des périodes de travail effectif chez LIDL.

Préavis de démission

Dès la constatation de votre état de grossesse apparente  » (selon les termes consacrés), vous pouvez quitter votre travail sans préavis et sans avoir à payer des indemnités de rupture de contrat à LIDL. Cependant dans ce cas, vous vous privez du droit à réintégration prévu au terme de votre congé maternité et de la possibilité de démission avec priorité de réembauchage. Attention, cette priorité n’est pas une garantie. Vous pourrez en bénéficier si un poste correspondant à votre qualification se libère. Si c’est le cas, vous conserverez les avantages acquis au moment de votre démission.

Travaux interdits

Certains travaux pénibles ou dangereux sont réglementés par le code du travail et chez LIDL par un tableau ci joint en fin d’article concernant votre travail dans la société. De plus, le médecin du travail peut demander, s’il le juge utile, des examens supplémentaires ou une mutation de poste attention à ne pas entrer dans le cadre d’une inaptitude à votre poste.

Aménagement du temps de travail

La loi ne prévoit pas d’aménagement particulier du temps de travail. Mais de nombreuses conventions collectives ou accords d’entreprises prévoient des aménagements d’horaires c’est le cas chez LIDL consulter le tableau en fin d’article.

En cas d’allaitement, vous disposez d’une heure par jour durant les heures de travail pour allaiter votre enfant pendant une période d’un an succédant à la naissance de votre enfant. Ces moments d’arrêt de travail répartis en périodes de 30 mn doivent être négociés avec LIDL. A défaut, ils sont placés au milieu de votre journée de travail.

Ces heures accordées pour allaiter ne sont pas considérées comme des heures de travail effectif et ne sont donc pas rémunérées par LIDL. Certaines conventions collectives peuvent néanmoins prévoir des conditions plus avantageuses : ainsi dans le secteur bancaire, les femmes qui allaitent touchent la totalité de leur salaire.

Mutation

Votre employeur ne peut décider seul d’une mutation au titre de votre état de grossesse. Cependant, si pour votre état de santé l’exige, vous pourrez être affectée de manière temporaire sur un autre magasin à moins de 25 kms ou à un autre emploi, soit à votre initiative, soit à celle de LIDL sur conseil du médecin du travail.

Congés maternité

Vous avez droit à seize semaines de congés minimum : six semaines avant la date présumée de l’accouchement et dix semaines après. En cas de naissances multiples, les congés sont allongés à douze semaines avant l’accouchement et vingt deux semaines après, pour des jumeaux, et à vingt quatre semaines avant l’accouchement et vingt deux semaines après, pour des triplés.

Pour le troisième enfant, votre congé passe à vingt six semaines : huit semaines avant l’accouchement et dix huit semaines après.

En cas de maladie, la durée de votre congé maternité peut être allongée sur prescription médicale : deux semaines avant et/ou quatre semaines après la date présumée de l’accouchement peuvent être accordées.

Les congés maternité sont assimilés à une période de travail effectif : ils donnent ainsi droit aux mêmes avantages d’ancienneté. Durant cette période, vous êtes indemnisée par votre caisse de Sécurité Sociale.

Retour dans l’entreprise

La salariée devra en principe retrouver l’emploi qu’elle occupait avant ses congés maternité ou à défaut un emploi équivalent, c’est-à-dire un emploi n’ayant pas subi de modifications affectant un élément essentiel du contrat de travail : vous devrez ainsi conserver votre rémunération et votre qualification. Vous devrez bénéficier d’un examen du médecin du travail dans les huit jours suivant votre réintégration chez LIDL. Cet examen permettra de juger de votre aptitude à reprendre votre poste et d’une éventuelle nécessité d’adaptation ou de réadaptation aux conditions de travail.

Si vous avez des question vous pouvez consulter les autres articles de notre blog sur les femmes enceintes ou nous poser des questions sur le terrain ou sur ce blog.

Votre équipe LIDL CFDT
Vous pouvez cliquer sur les petites icones en dessous pour avoir une meilleure lecture des matrices LIDL. 

tableaufemmesenceinteslidl

339655.jpg24943.jpgtableaufemmesenceinteslidl.jpgfemmesenceintes.jpg

Bonne année 2010 a tout les salariés de LIDL

4 janvier 2010

L’année 2010 sera sans doute une année difficile professionnellement chez LIDL esperons que dans votre vie privée le bonheur et la santé seront au rendez vous !

Bonne année 2010 a tout les salariés de LIDL newy002newyear007

Présent sur le terrain en 2010 vous retrouverez notre journal « le Bulletin » pour toujours mieux vous informer !

lebulletincfdt

lebulletincfdt.jpg

newy002.gifnewyear007.gif

Joyeux Noël chez LIDL avec la CFDT

22 décembre 2009

Joyeux Noël chez LIDL avec la CFDT diversnoel14noel51perenoel24

 

La CFDT LIDL

VOUS SOUHAITE UN

TRES JOYEUX NOËL EN

FAMILLE !

papanoel6

Avec beaucoup d’humour !
 

 

diversnoel14.gifnoel51.gifpapanoel6.gifperenoel24.gif

La CFDT LIDL, Nous soutenons nos collegues LIDL de la Belgique !

17 décembre 2009

La grève prend de l’ampleur chez Lidl Belgique. Ce sont les responsables de magasins qui mènent la fronde. En cause : une surcharge de travail. Un rassemblement est prévu ce mercredi à 8h à Herstal pour ensuite rejoindre les magasins qui ne participent pas encore au mouvement

A la veille de Noël, un vaste mouvement de grève se répand dans les supermarchés Lidl en Belgique.

Ce ne sont pas uniquement les travailleurs et les syndicats qui ont décidé de faire greve mais également les responsables de magasins qui se révoltent. Ce qui est plutôt rare.

Mardi, 68 magasins sur les 293 que compte la Belgique étaient fermés dans les provinces de Liège et du Luxembourg. Et ce mercredi, ces fermetures risquent de s’étendre à toute la Wallonie, tant que la direction refuse de dialoguer. « On va essayer de convaincre d’autres magasins de rejoindre le mouvement « , clament ses organisateurs dans le journal Le Soir. Leur ambition est désormais également de toucher la Flandre.

 

Une surcharge de travail

La cause de ce mouvement de grogne ? Une surcharge de travail liée à un manque criant d’effectif. Les caissières souffrent particulièrement de cette situation. Elles déchargent elles-mêmes les camions en plus de la caisse et du rayon en sous effectif. « Elles travaillent tellement qu’au bout de 5 ans, elles ont toutes des problèmes de dos« , explique Jacqueline Orval, secrétaire permanente SETCA pour le commerce liégeois.

Les travailleurs pointent également du doigt les changements incessants d’étiquettes provoqués par une frénésie de campagnes promotionnelles pour contrer ses concurrents, Colruyt et Aldi.

Les protestataires réclament dès lors l’engagement immédiat d’étudiants ou d’intérimaires, surtout que la période des fêtes s’annonce très chargée.

Chez nous en France on s’approche doucement de cette situation, et les équipes CFDT remontent les problèmes à la direction depuis plusieurs mois !

Cliquez sur la photo pour voir la video

 

La CFDT LIDL, Nous soutenons nos collegues LIDL de la Belgique !  Lidel

1 décembre 2009

   

logo.jpeg

 

 

 

copie du courrier que la CFDT a fait parvenir à la direction en cette fin novembre 2009

 

 

Lors de nos visites dans les différents points de vente et à l’Entrepôt, nous constatons, depuis plusieurs mois, une dégradation significative des conditions de travail.

Il est d’ailleurs regrettable que les informations, les constats, et les questions dont les Délégués du Personnel vous font part ne soient pas prises plus au sérieux.

Les salariés subissent leur travail, ne sont plus motivés, et ont de moins en moins envie de s’investir

 

pour la Société Lidl.

Cette dégradation a pour origine l’augmentation de la charge de travail, dans une désorganisation totale, et sans aucune concertation de la part de la Direction.

Les Magasins reçoivent des quantités invraisemblables de répartition, de changement de prix, de documents à remplir, d’actions thématiques, etc.

Les changements de prix et les promotions (tous les jours de la semaine) représentent maintenant une charge de travail ahurissante. Les salariés passent leur temps à m

 

ettre et à enlever des affiches et des PLV, et à quantifier des changements de prix. Toutes ces baisses de prix sont d’ailleurs aussi illisibles pour le personnel que pour les clients qui s’y perdent.

Les répartitions quotidiennes désorganisent les réserves et les surfaces de vente et fournissent un travail supplémentaire aux salariés déjà bien occupés. Ils passent égaleme

 

nt leur temps à enlever de la marchandise des rayons pour faire de la place aux nouvelles actions à thèmes, ou promotions. Les surplus d’action « dorment » dans les réserves ou sont transférés, ceux qui implique encore un travail supplémentaire: rangement, bordereaux de transfert, ou comptage pour les inventaires. U

 

n produit, dans des conditions normales, devrait être manipulé une fois, voire deux: il l’est maintenant cinq ou six fois !

Les retours Non Food sont aussi problématiques puisque la Direction a décidé de n’envoyer les bordereaux que le mardi aux Magasins. C’est donc maintenant le seul jour qu’il reste pour préparer ces retours. Si une personne manque ce jour là (AT, arrêt maladie, …) le re

 

tard se cumul, et le magasin est désorganisé.

Tourner SVP

Tout cela se fait alors que les salariés doivent se familiariser avec l’arrivée de Back Office et continuer à assurer la tenue commerciale : les conditions ne sont pas vraiment idéales pour aborder l’introd

 

uction de nouvelles technologies dans la Société !

Cette dégradation flagrante des Conditions de Travail pousse de nombreux salariés à travailler sans déclarer leurs heures par peur de représailles ou à se mettre plus facilement en arrêt.

 

A quoi sert l’enquête Satisfaction des Collaborateurs ? La nouvelle Charte ? Surtout quand on sait que certains Responsables de Réseaux refusent de donner aux Chefs de magasin une copie des Axes de Travail découlant de cette enquête SC ! Comment peut on reprocher à des salariés de manifester leur mécontentement en débrayant le 13/11/09 ? Comment la Direction peut-elle être crédible en adoptant de telles méthodes en complètes contradiction avec la Nouvelle Charte ? Faut-il une grève Nationale pour que les salariés soient entendus ?

Vous êtes à nouveau informé des conditions dans lesquelles travaillent les salariés et du Climat Social actuel. La CFDT privilégie toujours la Discussion et la Négociation mais nous ne saurions nous satisfaire de « Mesurettes » ou de Réunions Inutiles pour résoudre cette crise.

Dans l’attente de nouvelles dispositions permettant aux salariés de ne plus subir leur travail,

nous vous prions d’agréer, Messieur’s, nos salutations distinguées.

N’hésitez pas à contacter sur votre DR

Vos délégués CFDT !


LIDL dégradation des conditions de travail !

29 novembre 2009

LIDL dégradation des conditions de travail !  tractnovembre2009tractnovembre2009.jpg

Débrayages chez Lidl. Les salariés réclament des moyens humains

13 novembre 2009

Débrayages chez Lidl. Les salariés réclament des moyens humains 653157lidlbrest

 photo suite à l’article du telegramme.com de Brest

À l’appel d’une intersyndicale composée de notre syndicat CFDT, de la CGT et la CFE-CGC, une quarantaine de salariés de magasins Lidl des Côtes-d’Armor  ont débrayé ce matin, entre 9 h et 11 h, devant l’enseigne de la rue Ambroise-Croizat, près du lycée Balavenne, à Saint-Brieuc. L’appel à la mobilisation était régional. Une manifestation a notamment eu lieu à Brest.

Responsables et employés ont dénoncé d’une même voix « les conditions de travail de plus en plus difficiles et la pression faite aux salariés ». Le mouvement était sur toute la direction régional.

« Nous nous rapprochons de la distribution classique »

« Avant, nous faisions du discount ; désormais, nous nous rapprochons de la distribution classique, notamment en vendant des marques, résumait Jean-Marc Boivin, directeur de magasin à Saint-Brieuc et délégué CFE-CGC.

Le problème, c’est que nous sommes restés avec des moyens humains en rapport avec le discount. Résultat, nous sommes surchargés de travail, les arrêts maladie sont fréquents et nous devons effectuer le travail administratif à la maison. Nous acceptons la stratégie mais nous voulons des moyens ».

Débrayages à Ploumagoar
Dans l’après-midi, une réunion était prévue avec M. Le Guillernic, directeur régional, à la plateforme Lidl de Ploumagoar, près de Guingamp, où des débrayages ont également eu lieu.

Suite voici l’article du 14 Novembre 2009 du telegramme de Brest :

Événement assez rare dans le secteur du hard discount: près d’une centaine de salariés de Lidl ont débrayé, hier, en Bretagne, à l’appel d’une intersyndicale (CFDT, CGT, CFE-CGC). Ils dénoncent les conditions de travail, les pressions exercées sur le personnel ou encore le turn-over. «Avant, nous faisions du discount. Désormais, nous nous rapprochons de la distribution classique, notamment en vendant des marques, a expliqué, hier, Jean-Marc Boivin, directeur de magasin à Saint-Brieuc et responsable CFE-CGC. Le problème, c’est que nous sommes restés avec des moyens humains en rapport avec le discount.

Résultat, nous sommes surchargés de travail, les arrêts maladie sont fréquents et nous devons effectuer le travail administratif à la maison». Ainsi, parmi les 70 à 80 magasins que compte Lidl en Bretagne (hors Ille-et-Vilaine), soit environ 375salariés, des débrayages ont eu lieu, notamment, sur les sites de Saint-Brieuc, Yffiniac, Quintin, Lamballe et Pluduno, pour les Côtes-d’Armor; à Brest, Landerneau ou encore Quimperlé, pour le Finistère; et à Carnac, pour le Morbihan. «Nous demandons une réunion extraordinaire avec le directeur régional pour mettre à plat les revendications. Selon, le résultat, nous verrons ce que nous organiserons par la suite»

La CFDT a tiré la sonnette d’alarme il y a déjà plusieurs mois mais sans aucune écoute, la stratégie de nos managers est d’embourgeoiser le concept LIDL mais en ne lâchant aucun moyen supplémentaire aux personnels sur le terrain. 

Notre société compte de plus en plus d’improductifs et demande de plus en plus de choses aux employés productifs sur les entrepôts et dans les magasins.

Unissons nous pour nous faire entendre et obtenir des moyens logiques pour fonctionner comme nos collègues Bretons que nous saluons !

 

653157lidlbrest.jpg

 

Licenciée de Lidl car pas assez « productive »

4 novembre 2009

Licenciée de Lidl car pas assez « productive » sibr28937241px501wouestfrancesibr28937241px501wouestfrance.jpg

Des délégués CFDT de plateforme de Rouen, Lille, Perpignan, Montpellier et d’autres villes de France sont venus soutenir leur collègue et réclamer sa réintégration. : Marc Ollivier

Gwen a reçu son préavis de licenciement. Embauchée sur une plateforme de la chaîne de supermarchés, à Liffré, en janvier 2008, elle ne suivrait pas la cadence. La CFDT réclame sa réintégration.

Gwen, 31 ans, mère de trois enfants a reçu son préavis par lettre recommandée. Le 23 novembre, elle ne fera plus partie de l’entreprise Lidl, licenciée pour « cause réelle et sérieuse » parce qu’elle n’est pas assez productive. La jeune femme avait intégré, dès son ouverture, en janvier 2008, la plateforme de Liffré.C’est là que sont préparées les commandes pour 70 magasins de l’ouest, 170 salariés y sont employés. « On doit avoir une cadence de 250 colis par heure. Je ne me tourne pas les pouces, mais je fais ce que je peux… » Il lui manque 11 colis sur les 250 qu’elle doit réaliser chaque heure. La jeune femme, du haut de son 1,57 m, monte des palettes de 1,80 m. Elle raconte que les commandes des magasins sont moins volumineuses. « Mais dans le même temps on en prépare davantage, cela accroît les déplacements dans les rayons, les manipulations… Plusieurs ont déjà démissionné. »

« Cadences intenables »

Les collègues venus en renfort d’autres plateformes de France acquiescent, parlent de cadences « intenables », jugent ce licenciement « abusif ». « On nous parle en comité central d’une baisse de chiffre d’affaires et on nous demande d’accroître la productivité, ce n’est pas normal, ce n’est pas aux salariés de payer. On nous met dans le commerce la même pression que dans les usines. »

Un préparateur raconte être passé de 1 200 colis quotidiens à préparer, en 2002, à 1 700 colis par jour, en 2009. « Et rien n’est prévu pour les salariés qui soufrent du dos. On a une belle charte de bonne conduite affichée dans l’entreprise, elle ne veut rien dire ! » Pour la CFDT, « Gwen n’est pas la seule à ne pas atteindre ses objectifs. Ils veulent faire un exemple. Tout le monde a peur de perdre son emploi. Elle a reçu sa lettre alors qu‘elle venait de rencontrer des délégués syndicaux. »

Hier après-midi, des salariés du site ont débrayé. Les collègues venus de Lille, Rouen, Perpignan, Montpellier promettent de la soutenir et d’aller avec elle aux prud’hommes si elle n’est pas réintégrée dans l’entreprise. La direction n’a pas répondu à nos sollicitations, ni sur place, ni au téléphone.

Source : Agnès LE MORVAN.Ouest-France.

 

La CFDT LIDL représentée par son  DSC conteste cette décision injuste, qui pourrait ouvrir la voie à d’autres évictions, LIDL a trouvé un bon moyen pour se séparer de personnes en CDI  et leur faire payer le manque de chiffre d’affaire due à la conjoncture et également au train de vie que nos dirigeants s’appliquent à eux même et au fonctionnement de notre société.

Espérons que les tribunaux seront à même de se rendre compte de tel procéder.

 

Si vous rencontrez ce type de difficultés contactez nous au plus vite afin de nous unir pour gagner.

 

Vos équipes CFDT LIDL

Lidl la depression et le harcelement toujours présent, sortons du silence

19 septembre 2009

logo.jpeg

« Je ne suis ni une machine, ni une sous merde… Pour vivre, j’ai besoin d’être respecté. » À dix heures précises en ce vendredi de fin Aout 2009, Martine et ces collègues sur un LIDL de centre ville  se rassemblent en groupe devant leur magasin. On est pas chez France telecom mais chez LIDL et à écouter les témoignages ce n’est pas mieux, seul différence ici les gens ont toujours connu le harcellement depuis le début et beaucoup sont à mie temps et subisse silencieusement.

Pour mettre un coup d’arrêt dans l’humiliation quotidienne de leurs conditions de travail, elles ont décidé de passer à l’action. « On en peu plus de se faire insulter, de devoir subir des propos racistes et sexistes et dégradant », lâche Martine, en pleurant. « Pour un oui, pour un non, la direction nous accuse de vols ou de retards à répétition, et nous force à aller récurer les toilettes », enchaîne Michel son chef de magasin.

Se mettre en grève serait peut être la solution, au moins la hiérarchie haut placée serait au courant de nos conditions mais en ont ils envient ?

Protester non pour protéger des acquis sociaux ou pour augmenter les salaires, mais pour demander respect et dignité au travail, les « fondamentaux des droits humains », rappelle une déléguée syndicale CFDT .

Comme souvent chez LIDL, les femmes représentent l’essentiel du personnel du magasin. Et comme souvent dans le hard discount, ce sont des mères de famille séparées ou encore célibataires du fait des horaires flottant qui ne permettent pas de fonctionner rappelle Martine.

Une précision qui pourrait sembler voyeuriste ou misérabiliste si elle n’était la clé de voûte du fonctionnement commercial de nos magasins LIDL qui, pour atteindre des objectifs de rentabilités draconiens, flirtent avec la souffrance psychologique de leurs ELS coincés par la précarité et le marché de l’emploi en déroute.

En se rassemblant ainsi, les caissières surprennent tout le monde. Les clients d’abord qui, après être un peu désabusés de voir le personnel magasin dehors en pleure avec le regard triste, passent et pour certains clients viennent soutenir les caissières et leur chef. « Je viens au moins trois fois par semaine faire mes courses ici et, depuis quelques mois, je vois pratiquement systématiquement une caissière pleurer lorsque je fais la queue pour payer surtout quand les chefs sont là avec leurs grosses voitures garées à l’emplacement des camions », témoigne Andrée mère au foyer à la retraite, heureusement qu’il y a les prix bas qui me permettent de subvenir à mes besoins sinon je ne viendrais plus ajoute t’elle. « Il faut sans cesse ravaler sa conscience pour aller faire ses achats chez LIDL », où, « pour vendre aux pauvres, on embauche d’autres pauvres qu’on fait bosser à des cadences infernales », se révolte une autre cliente.

Prévenus du comportement par le responsable de réseau plusieurs responsables accourent au magasin à bord de leurs grosses voitures Audi sans doute pour tenter de calmer le jeu.

Mais leur arrivée provoque surtout l’explosion des personnels, les chefs sont pris à partie par les clients.

« Le réseau nous change nos horaires du jour au lendemain en menaçant de nous licencier si on refuse », déclare Martine, visiblement à bout de nerfs. « Avec toute l’humiliation accumulée au long de la journée, le soir, quand je rentre, je suis irritable, et dès que mon fils tente d’y faire face, je craque », confie Marie ELS, en larmes.

Avec l’arrivée de ce  nouveau responsable fin Juin, un changement d’ambiance radical s’est opéré dans notre magasin.

Sur un effectif total de dix personnes, les mises à pied et avertissements pleuvent. En quelques semaines, plus d’une vingtaine de sanctions tombent sur les dix salariés. Les principaux visés ? Le chef magasin et deux caissières syndiqués.

La loi sur le harcèlement moral ne leur dit pas grand-chose. « De toute façon, les salariés ne veulent pas engager des démarches de longue haleine contre leur employeur, tous ont le même objectif primordial : garder leur emploi pour pouvoir vivre en dehors du boulot », explique le chef de magasin.

Face à la détermination le responsable des ventes et le réseau calment le jeu et font profile bas face au clients qui les prennent à partie.

Au terme d’une longue entrevue avec les salariés, ils accèdent à toutes les revendications dans le seul but de remettre le magasin en marche.

Mais le soulagement est de courte durée… Le jeudi suivant, cinq salariés du magasin  reçoivent dans leur boîte aux lettres une convocation à sanction en vu d’un licenciement pour présence de produits avariés dans les rayons et non respect des procédures ! (Deux poulets pac qui n’ont pas été mis au rabais -30% mais qui ne sont pas légalement périmés mais périmés pour lidl et quelques procédures bégnines « C’est vraiment épuisant car, au moment où l’on croit à une avancée, le processus discriminatoire revient au galop… On ne peut jamais avancer sur les conditions de travail! » déplore Martine.

Tristement réaliste, un ancien « chef de réseau » de Lidl dans la région de Bayonne client ce jour ci explique : « En tant que cadres, mon seul objectif était d’augmenter la productivité, c’est-à-dire faire tourner le magasin avec le moins de personnel possible. Pour ce faire, il faut faire travailler les gens plus vite, plus dur et les pousser à faire des heures supplémentaires non déclarées. » Si ça s’appelle pas du harcèlement moral ça …

Quand on remonte l’info au grand chef c’est la négation ou il faut des noms, la dénonciation, mais ce n’est pas notre rôle de dénoncer, notre devoir est de changer les choses mais pour cela il faudrait que la volonté vienne d’en haut or ce n’est pas le cas.

Lidl se cache derrière une pseudo enquête effectuée auprès des salariés mais les salariés ont peur du résultat même pas 25% de taux de réponse, c’est ça la politique de la terreur.

La mode consiste ces derniers temps à faire craquer les salariés psychologiquement quand ils deviennent trop vieux ou usés, mal au dos ou aux membres, alors les petits chefs harcèlent et obtiennent des démissions, le top ou ces inaptitudes conduisent au licenciement systématique des ses salariés plus assez productifs.

Sur des cas comme ça dès lors que le licenciement d’un salarié repose sur une cause réelle et sérieuse, constituée par une inaptitude constatée par le médecin du travail et une recherche de reclassement, le salarié ne peut, en invoquant un harcèlement moral antérieur à l’avis d’inaptitude, remettre en cause le licenciement régulièrement fondé sur la constatation de son inaptitude. Toutefois, le salarié peut formuler une demande de dommages-intérêts pour préjudice moral sur le fondement de l’article L. 122-49 du code du travail, qui traite du harcèlement moral.

Nous sommes la pour vous aider alors n’hésitez plus à nous appeler !

Vos équipe CFDT sur le terrain

logo.bmp

1...1112131415...17